Partenaires

CNRS Ecole pratique des hautes études
Université Paris 1 Université d'Aix-Marseille



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > La recherche > Projets de recherche > CORNAFRIQUE : Ecrire l’histoire de la Corne de l’Afrique (XIIIe - XXIe siècles) : textes, réseaux & sociétés

Création de l’Institut des mondes africains (IMAF)

L’Institut des mondes africains (IMAF) a été créé au 1er janvier 2014, par la fusion de trois laboratoires : le Centre d’études des mondes africains (CEMAf), le Centre d’études africaines (CEAf) et le Centre d’histoire sociale de l’islam méditerranéen (CHSIM).
Le site internet de l’IMAF prend le relai de celui du CEMAf, qui n’est plus mis à jour.

Lire la suite


CORNAFRIQUE : Ecrire l’histoire de la Corne de l’Afrique (XIIIe - XXIe siècles) : textes, réseaux & sociétés

B. Hirsch - CEMAf-Paris / ANR (projet blanc) sur 4 ans (2007-2010) - prolongé en 2011

Le projet « Écrire l’histoire de la Corne de l’Afrique (XIIIe-XXIe s.) : textes, réseaux & sociétés » est porté par une équipe de 27 membres (6 collègues étrangers, 7 enseignants-chercheurs français, 3 post-doctorants, 11 doctorants).
L’ambition de ce projet est de faire émerger internationalement une nouvelle façon d’écrire l’histoire de la Corne de l’Afrique, en rupture avec les recherches et les synthèses menées dans les cadres définis par les États-nations et en sortant de la division classique entre royaume chrétien, sultanats musulmans et sociétés allogènes. Les thèses soutenues en France depuis ces dernières années sur l’histoire de la Corne témoignent du renouveau de ce champ d’études et il y a probablement aujourd’hui très peu de pays avec un tel potentiel de chercheurs (majoritairement de jeunes chercheurs). Notre projet devra donner corps à cette « école française » et la publication des résultats attendus l’imposer au niveau international.

PDF - 17.3 ko

- Comparative Perspectives on Land Tenure Systems : Medieval and Modern Ethiopia and France. Colloque international, 4-6 octobre 2007, Addis Abeba.
Compte-rendu de Marie-Laure Derat (CNRS, CEMAf-Paris)

Les thèmes de recherche
- Les lieux de pouvoir : en partant d’une critique de l’historiographie concevant le pouvoir comme émanant d’un État centralisé, il s’agira de comparer les lieux du pouvoir (capitales politiques, villes marchés, lieux de culte...) pour établir une nouvelle géographie historique et politique de la région.
- Les zones de contact : nos enquêtes choisiront des espaces frontaliers avec une grande mixité culturelle, des influences politiques changeantes et des formes de chevauchements « immatériels », religieux ou mythiques.
- Les réseaux : l’étude historique et anthropologique des réseaux (de commerce et de traite, des églises royales, des lettrés chrétiens et musulmans, des lieux saints et des pèlerinages) sera au coeur du projet.

Les équipes
Projet d’histoire globale, notre programme associe aux historiens des anthropologues, des géographes et des archéologues. Il s’adosse à une recherche transversale sur un corpus de sources écrites (équipe : « Archives de la Corne de l’Afrique ») auquel nous travaillons dans un cadre international depuis deux ans. Rappelons que la Corne est la région d’Afrique où existent les plus anciennes traditions écrites et manuscrites. Ces archives consistent en actes, chartes, notices inscrits en marge dans les manuscrits (en ge’ez, amharique, oromo, argobba, arabe...), documents qui seront collectés et organisés sous la forme d’une base de données relationnelle.
L’essentiel du travail sera d’abord celui d’enquêtes de terrain, associant des spécialistes de disciplines différentes sur des objets construits en commun - seul moyen d’accéder à une véritable pluridisciplinarité. Pour structurer ces recherches, deux équipes, tout en partageant les thèmes mentionnés, travailleront sur des territoires spécifiques.
- Équipe « L’Ifat et ses réseaux »
L’Ifat et le Harar recoupent des régions actuelles de l’Éthiopie, de l’Érythrée, de Djibouti et du Somaliland. Grand absent de l’historiographie de la région, parce qu’au cœur de la Corne musulmane, ces territoires seront étudiés à travers l’histoire des réseaux de lettrés et des cultes des saints et celle des réseaux commerçants dans la longue durée, dans leurs connexions avec le grand commerce international.
- Équipe « Éthiopie centrale et méridionale : historiographies et formes du pouvoir »
En étudiant les formes du pouvoir d’un point de vue régional, l’équipe cherchera à mieux comprendre les fonctionnements politiques internes des sociétés. Combinant analyse des textes, des sources orales et archéologiques, elle mettra l’accent sur la production des savoirs historiques, les échanges régionaux et la question de la traite et de l’esclavage avant le XIXe siècle, totalement ignorée jusqu’à aujourd’hui.

Outre les travaux de terrain, le projet se déploiera, sur quatre années, autour des actions suivantes :
- séminaire Corne de l’Afrique : séminaire mensuel pour les chercheurs français, élargi à la totalité de l’équipe une fois par an.
- base de données « Archives de la Corne de l’Afrique » : alimentée par tous les membres de l’équipe et constituée en réseau (Paris/Aix, Institut Oriental de Beyrouth, université d’Addis Ababa, université d’Illinois) elle sera, au terme des quatre ans, en accès libre sur le web pour diffuser résultats et matériaux de recherche.
- deux tables rondes à mi-parcours (fin 2007) : sur les textes manuscrits (arabes ou ajami) de culture musulmane, sur la nature des échanges entre l’Éthiopie centrale et méridionale.
- colloque international avec actes (fin 2010) : ce colloque se tiendra au terme des 4 années du programme pour en présenter les résultats devant une audience internationale.
- publication de synthèse sur la Corne de l’Afrique (2011) : la rédaction par deux ou trois membres de l’équipe d’une synthèse sur l’histoire de la Corne viendra combler l’absence totale d’ouvrage de ce genre dans le domaine francophone.