Partenaires

CNRS Ecole pratique des hautes études
Université Paris 1 Université d'Aix-Marseille



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Les rencontres > 2007 > L’empathie en anthropologie

Création de l’Institut des mondes africains (IMAF)

L’Institut des mondes africains (IMAF) a été créé au 1er janvier 2014, par la fusion de trois laboratoires : le Centre d’études des mondes africains (CEMAf), le Centre d’études africaines (CEAf) et le Centre d’histoire sociale de l’islam méditerranéen (CHSIM).
Le site internet de l’IMAF prend le relai de celui du CEMAf, qui n’est plus mis à jour.

Lire la suite


L’empathie en anthropologie

Colloque des 12 et 13 octobre 2007, co-organisé par l’Association française des anthropologues, la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH) et le Centre d’Etude des Mondes Africains (CEMAf)

Salle Duby / Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme / 5 rue du Château de l’Horloge, 13090 Aix-en-Provence

Association Française des Anthropologues, IDEMEC, CEMAf
Colloque organisé par Ghislaine GALLENGA & Bruno MARTINELLI

Programme

Vendredi 12 octobre 2007
- 9h00
Accueil des participants

- 9h30
Inauguration de l’antenne aixoise de l’AFA
Allocutions : Bernard Morel (Directeur de la MMSH), Laurent Bazin (Président de l’AFA), Dionigi Albera (Directeur de l’IDEMEC), Jacky Bouju (Directeur du CEMAf-Aix)

- 10h00
Introduction du colloque Ghislaine Gallenga, Bruno Martinelli

- 10h45 Pause

- 11h00
Formes et niveaux d’empathie dans l’enquête de terrain
Président de séance : Laurent Bazin

  • L’empathie réciproque en situation de crise, Anne Montjaret
  • Empathie du chercheur, empathie des acteurs : chassé-croisé méthodologique, Yannis Papadaniel

- 11h40 Discussion

- 12h30 Repas

- 14h30
Empathie, sympathie, antipathie (1)
Président de séance : Bruno Martinelli

  • Travailler sans affinité : l’ethnologue chez les « convertis », Sandra Fancello
  • Empathie et compréhension d’imaginaires de la violence, Alexandra Cimpric

- 15h10 Discussion

- 16h00 Pause

- 16h20 Empathie, sympathie, antipathie (2)

  • Expérience partagée, empathie et construction des savoirs, Magalie Sizorn
  • Corps-enjeux. Ethnologie de la danse revisitée, Julie Boukobza

- 17h00 Discussion

- 18h00 Cocktail dînatoire

Samedi 13 octobre 2007

- 9h30
Empathie et anthropologie du proche
Présidente de séance Jeanne Favret-Saada

  • L’empathie pour comprendre un métier : « coulisses » de la danse contemporaine, Audrey Bottineau et Betty Lefèvre
  • L’empathie, un « outil » de plus pour l’anthropologue : l’accueil administratif des étrangers en France, Mylène Chambon

- 10h15 Pause

- 10h30

  • Entre pathos et logos, réflexions sur la distance en anthropologie, Giulia Fabbiano

- 10h50 Discussion

- 11h30 Synthèse de clôture, Ghislaine Gallenga, Bruno Martinelli

Présentation

Ni neuve ni usée, la question de l’empathie est centrale dans de nombreux travaux anthropologiques contemporains. Malinowski promoteur de « l’observation participante » avait dévoilé les ruses de l’ethnographe dans son journal posthume. Geertz avait aussi abordé la question de l’empathie, il y a quelques années, lorsqu’il mettait en cause la prétention de l’anthropologue à restituer « le point de vue de l’indigène ». De nombreux travaux contemporains explicitent les conditions dans lesquelles les ethnologues initient puis organisent leurs enquêtes de terrain dans les milieux et les contextes les plus divers en Afrique ou en Océanie comme en France et en Europe. Bien que l’entreprise soit semée d’embûches, il est possible de mettre en relation les conditions sociales (et psychologiques) d’enquête avec le processus de construction du sens et du savoir dont l’oeuvre ethnographique est le résultat. Cette exigence de réflexion sur l’empathie vient au moment où une vive relance de l’interrogation est perceptible dans des travaux qui mettent l’accent sur des formes d’altérité caractéristiques des sociétés industrielles et urbaines. La dimension polémique prend une place prépondérante dans les choix d’objets, les démarches, les objectifs, les conditions éthiques et techniques de la recherche actuelle. L’émergence de préoccupations centrées sur l’empathie, au sens large et de manière qu’il est opportun d’examiner de manière comparative, est l’un des révélateurs des déplacements de champs et des constructions de nouveaux objets dans lesquels l’ethnologie se trouve aujourd’hui engagée.

Principales questions abordées au cours du colloque :

- Comment l’empathie se construit-elle au cours de l’enquête ethnographique ? La question de l’empathie ne peut être confondue avec celles de l’immersion et de l’observation participante. S’il s’agit de comprendre des pratiques sociales ou culturelles porteuses de valeurs d’altérité, comment cette posture méthodologique est-elle mise en oeuvre dans certaines recherches actuelles sur les identités sexuelles, les sociabilités de banlieues, le monde de l’entreprise et du travail, les cultures d’exclusion ou de violence, les situations d’huis-clos, de nouveaux paradigmes de l’altérité ou de revendications « culturelles » ?

- L’empathie contribue-t-elle à la production de connaissances ? L’empathie dont on verra qu’elle peut être connotée idéologiquement par des idées d’identification ou de compréhension fusionnelle est-elle une ressource nécessaire, quoique selon diverses modalités, pour la production du savoir anthropologique ? Si, au-delà du langage, l’empathie ouvre la voie à une certaine compréhension du non-verbal suggérant l’impression ou l’illusion d’accéder à l’implicite, voire à l’intime, quelles en sont les modalités pour chaque champ de recherche ?

- Quels problèmes éthiques soulève l’empathie ? Il est indispensable de s’interroger sur l’incidence de processus invasifs à partir d’éléments de la culture étudiée tels que les pratiques langagières, les relations vécues, les représentations ou l’imaginaire de l’autre dans la relation ethnographique. Si l’empathie est la raison d’être du terrain, il s’agit de déterminer ses effets et ses conséquences dans la construction de discours et des connaissances à tous les étages de la démarche de la recherche.

Liste des participants

- Dionigi ALBERA, CNRS, IDEMEC
- Laurent BAZIN, CNRS, CLERSE
- Audrey BOTTINEAU, Doctorante, Université de Rouen
- Jacky BOUJU, Maître de conférences, Université de Provence, CEMAf
- Julie BOUKOBZA, Post-Doctorante, IREMAN
- Mylène CHAMBON, Doctorante, IDEMEC
- Alexandra CIMPRIC, Doctorante, CEMAf
- Giulia FABBIANO, EHESS/ CNRS
- Sandra FANCELLO, CNRS, CEMAf
- Jeanne FAVRET-SAADA, Directrice d’Études, EPHE
- Ghislaine GALLENGA, Maîtresse de conférences, Université de Provence
- Betty LEFEVRE, Professeure, Université de Rouen
- Bruno MARTINELLI, Professeur, Université de Provence, CEMAf
- Anne MONTJARET, CNRS, CERLIS
- Bernard MOREL, Professeur, Université de Provence
- Yannis PAPADANIEL, Assistant de recherche, Université de Lausanne
- Magalie SIZORN, ATER, Université de Rouen
- Thierry WENDLING, Maître asistant ,Université de Neuchâtel