Partenaires

CNRS Ecole pratique des hautes études
Université Paris 1 Université d'Aix-Marseille



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Annuaire > IMBERT-VIER Simon

Création de l’Institut des mondes africains (IMAF)

L’Institut des mondes africains (IMAF) a été créé au 1er janvier 2014, par la fusion de trois laboratoires : le Centre d’études des mondes africains (CEMAf), le Centre d’études africaines (CEAf) et le Centre d’histoire sociale de l’islam méditerranéen (CHSIM).
Le site internet de l’IMAF prend le relai de celui du CEMAf, qui n’est plus mis à jour.

Lire la suite


IMBERT-VIER Simon

Docteur en histoire de l’Université de Provence
Chercheur affilié à l’IMAF-Aix
Courriel

Thèmes de recherche

- Explorations et colonisations, frontières et migrations dans la Corne de l’Afrique
- Historiographie des frontières africaines
- Indigénat et situation coloniale
- Le chemin de fer de Djibouti à Addis Abeba, aspects sociaux, territoriaux et politiques
- Fabrications territoriales et identitaires autour de Djibouti et aux Comores
- Les « murs anti-migrations »

Terrains

Corne de l’Afrique (Ethiopie, Somalie, Erythrée, Djibouti, Yémen), en particulier :
- Djibouti et les territoires de colonisation française dans la Corne
- Ethiopie, particulièrement les espaces et sociétés liés à la colonisation française
- Chemin de fer de Djibouti à Addis Abeba

Participation à des projets de recherche

- Réseau international de recherche sur les frontières africaines Aborne.
- Groupe de recherche « La situation coloniale revisitée », MMSH, Aix-en-Provence, depuis 2011.
- Programme ANR Frontafrique piloté par Pierre Boilley, 2008-2011.
- Programme ANR Cornafrique piloté par Bertrand Hirsch, 2007-2010.
- Projet de sauvegarde des archives des sociétés d’exploitation du chemin de fer de Djibouti à Addis Abeba, avec l’association « Archivistes sans frontières » et le département d’Histoire de l’Université d’Addis Abeba.
- Programme Médimurs sur le mur européen en Méditerranée, coordonné par Evelyne Ritaine (IEP de Bordeaux), 2012-2014.

Informatique et Internet

Je m’intéresse à la numérisation des différentes étapes du processus de recherche et des sources (bases de données textuelles – sources, documentation, notes… –, prises de vues numériques, bibliographies…). Je réalise des sites internet liés à des projets de recherche (par exemple la publication de sources avec les Waqf d’Alexandrie), pour des laboratoires (l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM), le Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES), le Lampea, le Centre Camille Jullian, le Centre Paul-Albert Février, le Centre français des études éthiopiennes) ou des équipes de recherche (ANR Frontafrique, Alexandrie ottomane et moderne).
J’ai enfin mis en ligne une partie des sources compilées au cours de mes recherches sur les frontières à Djibouti : djibouti.frontafrique.org.

Publications

Ouvrages
- avec Dawit Demisse, Amharique pour francophones, L’Harmattan, 1996, 160 p.
- Tracer des frontières à Djibouti. Des territoires et des hommes aux XIXe et XXe siècles, Karthala, 2011, 480 p., prix « Albert Bernard » 2011 de l’Académie des sciences d’outre-mer.

Articles scientifiques
- « Invention et réalisations de la frontière djibouto-érythréenne », Africa (Roma), LXIV, 1-2, 2009, p. 105-119
- « Il “Barrage” di Gibuti : frontiera inutile o fucina sociale », Storia urbana, n° 128, 2010, p. 109-127, sur le site de la revue.
- « Djibouti dans les archives françaises (1888-1892) : éléments sur les débuts d’une ville coloniale », Pount, n° 4, 2010, p. 89-101
- « Les débuts d’une ville coloniale, Djibouti (1888-1892) », in Amina Saïd Chire et Biringanine Ndagano (ed.), Traversées, histoires et mythes de Djibouti, Paris, Karthala, 2011, p. 37-49.
- « Après l’Empire : Violences institutionnelles dans le Djibouti colonial tardif », French Colonial History, vol. 13, 2012, p. 91-110, sur le site Muse.
- « Migrazione e costruzione di una identità gibutina (1947-1981) », in Isabella Rosoni, Uoldelul Chelati Dirar (ed.), Votare con i piedi. La mobilità degli individui nell’Africa coloniale italiana, edizioni università di Macerata, 2012, p. 313-322 ; publié en français : « Migrations et construction de la “djiboutienneté” (1947-1981) », Études de l’IRSEM, n° 24, 2013, p. 34-42, télécharger.
- « L’invention de territoires djiboutiens », in Amina Saïd Chiré (dir.), Djibouti contemporain, Paris, Karthala, 2013, p. 41-64.
- « Afars, Issas . . . and Djiboutians : Toward a History of Denominations », Northeast African Studies, vol. 13, n° 2, 2013, p. 123–150, sur le site Muse.

Compte rendu
- « Histoire de l’Afrique du Sud », de François-Xavier Fauvelle-Aymard, Le Mouvement social, n° 218 (janvier-mars 2007), p. 113-114, sur le site de la revue.

Valorisation de la recherche
En collaboration avec la revue djiboutienne Human village.
- « Des frontières et des hommes, quels enjeux ? », n° 16, mai-juin 2011, p. 35-41
- « Les origines de la nationalité par attribution », n° 19, décembre 2011, p. 80-84
- dossier sur la formation de la djiboutienneté : « Le Barrage de Djibouti » et « Le statut de l’indigénat en Côte française des Somalis (1887-1981) », n° 20, mars-avril 2013, p. 48-63
- « Retour sur Douméra », n° 21, septembre-octobre 2013, p. 46-52

Communications

- « The making of the djiboutian territory : accomplishment of the international terrestrial boundaries of the Côte française des Somalis (1884-1955) », colloque « Territoires d’Ethiopie », Addis Abeba, CFEE, décembre 2008.
- avec Shiferaw Bekele, « Regards croisés sur le territoire ferroviaire (1894-1959) », colloque « Territoires d’Ethiopie », Addis Abeba, CFEE, décembre 2008.
- « Interrogation historiographique : études des frontières et aires géographiques, les questions sur les frontières sont-elles liées aux territoires délimités ? », journées d’études des ANR Frontafrique et Géo&Co, Ivry, mars 2009.
- « Création d’une ville coloniale, Djibouti (1888-1892) », université de Djibouti, avril 2010.
- « Le passage de la frontière de la nationalité à l’indépendance, l’exemple de Djibouti », journées d’études « Frontières et indépendances en Afrique », Paris, mai 2010.
- « Après l’Empire : violences institutionnelles dans le Djibouti colonial tardif », congrès de la FCHS, Saint-Denis, juin 2010.
- « The “barrage de Djibouti” : useless boundary or social factory ? », Wocmes, Barcelone, juillet 2010.
- « Afars, Issas... and the making of the "djiboutian nation" :
 an historical view », 7th Iberian Congress of African Studies, Lisbonne, septembre 2010.
- « Des frontières et des hommes : sources et enjeux », rencontre « Archives et histoire de Djibouti », Université de Djibouti, 26 et 27 avril 2011.
- « What for is built a migration boundary ? The case of the “Barrage de Djibouti” (1966-1982) », Aborne meeting, Lisbonne, septembre 2011.
- « The “barrage de Djibouti”, migration barrier or identity maker ? », Wakhva meeting, Berlin, septembre 2011.
- « Particularités du statut de l’indigénat en Côte française des Somalis (1887-1981) », journées d’études « Le régime de l’indigénat et ses métamorphoses : histoire d’un dispositif impérial répressif », Paris, novembre 2011.
- « Migrations et construction de la djiboutienneté (1947-1981) », rencontre « Les migrations dans la Corne de l’Afrique », Djibouti, 24 & 25 avril 2012
- « African borderlands, OAU and conflicts », panel FrontAfrique, Aborne meeting, 50@CAS, Edinburgh, juin 2012
- « Djibouti, imperial stop or network node ? », rencontres « Connected Histories of Empire », Centre for the Study of Colonial & Postcolonial Societies, University of Bristol, juillet 2013

Organisation de séminaires et ateliers de recherche

- En 2009-2011, organisation avec Colette Dubois d’un atelier à Aix-en-Provence sur « L’histoire de Djibouti, un chantier entr’ouvert - Sources et pistes de recherches ».
- co-animateur de 2011 à 2013 (avec Isabelle Merle puis Saïd Belguidoum) du séminaire inter-laboratoire de la MMSH, « La situation coloniale revisitée ».
- novembre 2011, avec Isabelle Merle (CNRS/IRIS-EHESS), organisation de deux journées d’études sur « Le régime de l’indigénat et ses métamorphoses, histoire d’un dispositif impérial répressif », avec le soutien de l’IRIS, du CEMAf, de l’EHESS, de l’Iremam et de la MMSH.
- juin 2012, coordination du panel FrontAfrique présenté lors de l’Aborne meeting, 50@CAS, Edinburgh

Participation à des séminaires

- Mai 2010, intervention dans le séminaire animé par Séverine Awenengo et Pierre Boilley à Paris 1 sur « Le barrage de Djibouti : une frontière inutile ou innovante ? ».
- Février 2011, organisation et participation à une séance du séminaire du laboratoire à Aix-en-Provence sur « La nationalité en situation coloniale : normes juridiques et pratiques administratives », avec Yerri Urban.
- Avril 2011, intervention dans le séminaire animé par Caroline Douki et Emmanuelle Sibeud à Paris 8 sur « La question migratoire à Djibouti (1947-1977) : expulsions, contrôle et identification ».
- Février 2012, organisation et participation à une séance du séminaire du laboratoire à Aix-en-Provence sur « Identifications ethniques et enjeux politiques dans la Corne de l’Afrique », avec Thomas Osmond.
- Décembre 2012, intervention dans le séminaire La situation coloniale revisitée de la MMSH sur « Colonisations et récits nationaux en Ethiopie ».

Conférences

- « L’historicité. Réflexions à partir de La société des individus de Norbert Elias », université de Djibouti, 27 novembre 2011.
- « Menelik, Hayle Selase et Iyasu », dans le cadre du cycle « Les grandes figures de la décolonisation » de l’université populaire du musée du Quai Branly, 5 avril 2012.

Parcours de recherche

Dans mes travaux, outre de nombreuses précisions sur la chronologie de la colonisation de Djibouti et la description d’événements peu ou pas signalés par la rare littérature scientifique sur cet espace (le détachement de Dire Dawa, le barrage de Djibouti...), je détaille la façon dont les frontières et espaces djiboutiens sont apparus et ont évolué.
J’étudie les relations complexes entre diverses frontières spatialisées (nationales, commerciales, administratives, ethniques...) et les populations qui y sont confrontées. Cela m’amène à m’interroger sur les identités djiboutiennes (ethniques, nationales...).
Ces travaux m’ont également conduit dans les espaces limitrophes, dont l’Ethiopie et les relations particulières qu’y a entretenues la France. Le chemin de fer a créé à Dire Dawa la seule ville coloniale de l’Ethiopie méridionale. Jusqu’après la seconde guerre mondiale, « l’espace ferroviaire » au moins jusqu’à l’Awash est plus ou moins revendiqué et administré par les autorités coloniales, reprenant ainsi la « frontière » du Shoa décrite au XIXe siècle.

- 1985-1986 Maîtrise (Djibouti et la politique française des années ’30 aux années ’50) et DEA (Djibouti, stratégie et relations internationales) d’histoire, sous la direction d’André Nouschi, Université de Nice
- 2003-2008 Thèse d’histoire Frontières et limites à Djibouti durant la période coloniale (1884-1977), sous la direction de Colette Dubois, professeur à l’université Aix-Marseille I, disponible en ligne sur TEL.
Jury : Pierre Boilley, professeur à l’université de Paris I (rapporteur) ; Bertrand Hirsch, professeur à l’université de Paris I ; Fabienne Le Houérou, chercheur CNRS-IREMAM ; Shiferaw Bekele, professeur à l’université d’Addis Abeba (rapporteur) : Jean-Louis Triaud, professeur émérite à l’université de Provence (président).
Mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité.
- Qualifié pour les fonctions de maître de conférences (section 22).