Partenaires

CNRS Ecole pratique des hautes études
Université Paris 1 Université d'Aix-Marseille



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > La recherche > Archives des projets > Les sites sacrés naturels : La “conservation de la biodiversité” comme source d’enjeux économiques et sociaux (études de cas au Bénin, Burkina Faso et Togo)

Création de l’Institut des mondes africains (IMAF)

L’Institut des mondes africains (IMAF) a été créé au 1er janvier 2014, par la fusion de trois laboratoires : le Centre d’études des mondes africains (CEMAf), le Centre d’études africaines (CEAf) et le Centre d’histoire sociale de l’islam méditerranéen (CHSIM).
Le site internet de l’IMAF prend le relai de celui du CEMAf, qui n’est plus mis à jour.

Lire la suite


Les sites sacrés naturels : La “conservation de la biodiversité” comme source d’enjeux économiques et sociaux (études de cas au Bénin, Burkina Faso et Togo)

Projet financé par l’Institut français de la biodiversité (IFB)

Les sites sacrés naturels qui ont été étudiés dans ce projet se répartissent entre le Bénin, le Togo et le Burkina Faso. Ces pays se situent au niveau de l’interruption du domaine de la forêt dense humide et de l’arrivée jusqu’à la mer des formations de savanes guinéennes (“Dahomey Gap” ou “savane du Bénin”). Les îlots forestiers encore présents sont généralement des lieux de cultes dont la sacralisation a permis la création d’une formation arborée (la dynamique actuelle de la végétation est forestière) et /ou son maintien lorsqu’il s’agit d’une relique de l’ancien couvert forestier. Actuellement, devant la pression foncière croissante, ces sites se trouvent souvent menacés. Suite à leur dégradation, ils font l’objet d’enjeux divers en relation avec les politiques environnementales, les actions des ONG et des scientifiques sans oublier les pouvoirs politiques et religieux locaux. On assiste ainsi à des interventions de plus en plus fréquentes des services des Eaux et Forêts qui préconisent la “ restauration ” de ces formations par la plantation d’espèces forestières utiles, soit à l’intérieur même des îlots, soit à la périphérie pour établir une zone de protection entre les forêts et les cultures. Notre projet a pour objectif de réaliser des diagnostics de l’état de conservation actuel des sites étudiés tout en prenant en considération leur histoire dans la longue durée : origine de la création des sites, évolution de leur gestion dans le temps et dans l’espace. Cette phase d’observation et d’analyse des processus en cours nous paraît préalable à toute proposition d’outils méthodologiques qui seraient les mieux adaptés pour la préservation de ces sites. Au final, il s’agissait d’analyser si ces actions sont pertinentes en matière non seulement de maintien de la biodiversité mais aussi de conservation d’un patrimoine naturel et culturel en cours de structuration.

Équipe de recherche : Dominique Juhé-Beaulaton (historienne, CNRS, CEMAf-Paris) coordinatrice ; Chiara Alfieri (ethnologue, Université de Gênes) ; Stéphane Dugast (ethnologue, IRD), Kouami Kokou (Botaniste, Université de Lomé) ; Alain Sanou (ethnolinguiste, Université de Ouagadougou) ; Klaus Hamberger (anthropologue, CEMAf) ; Mathilde Lainé (doctorante en anthropologie, EPHE), Marie Daugey (doctorante en anthropologie, EPHE), Serge Tostain (Généticien, IRD).

Le rapport final du projet a été remis à l’IFB en janvier 2007.

Une publication collective des résultats vient de paraître en mars 2010 aux éditions Karthala.

Forêts sacrées et sanctuaires boisés. Des créations culturelles et biologiques (Burkina Faso, Togo, Bénin) édité par Dominique Juhé-Beaulaton (dir.), Paris, Karthala, 2010, 280 p.

Table des matières

Introduction Forêts sacrées : des structures sociales et symboliques, une biodiversité à mieux cerner par Dominique Juhé-Beaulaton

PREMIÈRE PARTIE

Les sanctuaires boisés, enjeux de la conservation de la biodiversité

1. Histoire et devenir des bois sacrés en pays vodou (Sud-Togo et Bénin) par Dominique Juhé-Beaulaton

2. Les« boissacrés »,faits et illusions:à propos des sanctuaires boisés des Kasena (Burkina Faso) par Danouta Liberski-Bagnoud, Anne Fournier et Saïbou Nignan

3. Des forêts sacrées dans une région littorale très anthropisée du sud Bénin et Togo par Kouami Kokou et Adzo Dzifa Kokutse

DEUXIÈME PARTIE

Sites sacrés naturels, des lieux à caractériser

4. Perspectives de la brousse. La fonction symbolique des forêts sacrées en pays ouatchi (Sud-Est Togo) par Klaus Hamberger

5. Boissacrés, lieux exceptés, sites singuliers : un domaine d’exercice de la pensée classificatoire (Bassar, Togo) par Stéphan Dugast

6. Rempart végétal et bois sacrés bobo. Village de Koumi (Burkina Faso) par Chiara Alfieri

TROISIÈME PARTIE

« Gestion » des bois sacrés, entre interdits et prescriptions rituelles

7. Quand les bois sacrés exigent d’être brûlés : la logique d’un paradoxe (pays kabyè, Nord-Togo) par Marie Daugey

8. Délimiter, ouvrir, circonscrire : Travaux rituels et entretien des bois sacrés chez les Nawdba (Nord-Togo) par Mathilde Laîné

Conclusion générale Sanctuaires boisés : entre histoire et symboles, biodiversité et patrimoines par Dominique Juhé-Beaulaton