Partenaires

CNRS Ecole pratique des hautes études
Université Paris 1 Université d'Aix-Marseille



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > La recherche > Archives des projets > Les traditions historiographiques éthiopiennes à l’ère du numérique

Création de l’Institut des mondes africains (IMAF)

L’Institut des mondes africains (IMAF) a été créé au 1er janvier 2014, par la fusion de trois laboratoires : le Centre d’études des mondes africains (CEMAf), le Centre d’études africaines (CEAf) et le Centre d’histoire sociale de l’islam méditerranéen (CHSIM).
Le site internet de l’IMAF prend le relai de celui du CEMAf, qui n’est plus mis à jour.

Lire la suite


Les traditions historiographiques éthiopiennes à l’ère du numérique

Programme CNRS - IDA "Société de l’Information"

Équipe de recherche : Anaïs Wion (historienne, chercheur associée, CEMAf-Paris) coordinatrice, Denise Ogilvie (conservateur en chef du patrimoine aux Archives de France), Claire Bosc-Tiessé (historienne, CNRS, CEMAf-Aix), Wendy MacKay (directeur de recherche, CNRS, INRIA-futur), Olivier Tourny (ethnomusicologue, CNRS, chargé de recherche au LMS)

La valorisation, la conservation et l’accessibilité du patrimoine documentaire éthiopien sont les trois composantes de ce programme de recherche.

Il s’agit de créer et de mettre à l’épreuve un système de description adapté à :
* des sources de nature hétérogènes : des manuscrits contenant à la fois des textes liturgiques, des textes historiques et des notes de nature juridique et domaniale ; des sources orales (transmission institutionnelle formalisée, récits), des traditions musicales religieuses et profanes ; des documents iconographiques (peintures murales, bannières et enluminures).
* des sources conservées dans des institutions de nature diverse (établissements religieux, bibliothèques, services d’archives) en Ethiopie, en France et en Angleterre, ainsi que des sources et documents conservés par des chercheurs.
* des sources dont les modes de descriptions actuels sont différents.

Le but de ce projet pilote est de définir une architecture descriptive et des méthodes de numérisation permettant de décrire et d’établir des liens entre des sources de nature diverses mais relevant d’un patrimoine riche et cohérent. Les possibilités offertes par le langage XML sont les plus adaptées à relever ce défi. Ce premier soutien institutionnel permettra de mesurer la faisabilité de cette entreprise, de chercher des sources de financement et des collaborations durables, de mettre en place la structure de la base de données et enfin d’imaginer une ou des interfaces nouvelles, prenant en compte les principes de "réalité augmentée" et de conception participative.

C’est un outil de recherche créé à partir d’une réflexion sur les sources et sur leurs rôles dans la formation et la transmission du savoir. Cet observatoire des ressources peut permettre de décupler les possibilités de réponses aux questions posée aux sources éthiopiennes.