Partenaires

CNRS Ecole pratique des hautes études
Université Paris 1 Université d'Aix-Marseille



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > La recherche > Archives des projets > Archives BREUIL. Entre préhistoire européenne et africanisme, un univers intellectuel et institutionnel au XXe siècle

Création de l’Institut des mondes africains (IMAF)

L’Institut des mondes africains (IMAF) a été créé au 1er janvier 2014, par la fusion de trois laboratoires : le Centre d’études des mondes africains (CEMAf), le Centre d’études africaines (CEAf) et le Centre d’histoire sociale de l’islam méditerranéen (CHSIM).
Le site internet de l’IMAF prend le relai de celui du CEMAf, qui n’est plus mis à jour.

Lire la suite


Archives BREUIL. Entre préhistoire européenne et africanisme, un univers intellectuel et institutionnel au XXe siècle

ACI "Terrains, techniques, théories". Projet financé par le Ministère de la Recherche (2004-2007)

Programme de recherche (2004-2007) dirigé par François-Xavier Fauvelle-Aymar (histoire, CNRS, CEMAf-Aix), François Bon (préhistoire, UTAH, Toulouse-le-Mirail), Nathalie Richard (histoire des sciences, université Paris I-Panthéon Sorbonne), Yann Potin (archivistique, Ecole des Chartes). Les autres membres de l’équipe sont Noël Coye (histoire de la préhistoire, France), Fanny Defrance (histoire, Lyon), Carole Fritz (préhistoire, UTAH, université de Toulouse-le-Mirail), Arnaud Hurel (Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris), Marc-Antoine Kaeser (Conservateur, Musée National Suisse, Zurich), Jean-Loïc Le Quellec (art rupestre, France), Tim Murray (professeur d’archéologie, La Trobe University, Australia), Nathan Schlanger (Archives of European Archaeology, AREA, Paris), Philippe Soulier (histoire de la préhistoire, Ministère de la Culture, France).

Acteur majeur de la préhistoire en Europe et en Afrique, voyageur infatigable, inventeur et arpenteur de nouveaux terrains, passeur entre les disciplines, créateur et animateur de réseaux institutionnels à l’échelle de la planète, homme de foi et de science, Henri Breuil (1877-1961) fut une figure de proue des sciences humaines du XXe siècle. Ses multiples facettes sont une invite à explorer, de façon collective et interdisciplinaire, un itinéraire (intellectuel, institutionnel, politique, géographique...) et une œuvre foisonnante qui s’inscrivent dans un tissu serré de relations et d’institutions, dans l’histoire de plusieurs disciplines, dans des contextes scientifiques et idéologiques changeants. Le programme de recherche « Archives Breuil » réunit préhistoriens et archéologues, historiens des sciences et des idées, africanistes et spécialistes de l’art rupestre, dans la perspective de revisiter Breuil - la biographie, les archives, les pratiques, les théories, l’œuvre. Tous sont conscients de la nécessité de croiser les compétences pour faire naître de nouveaux objets d’étude, relire les chapitres fondamentaux de l’histoire et de l’épistémologie des sciences de l’homme au XXe siècle, ré-interroger les cadres théoriques et les pratiques des différentes disciplines concernées.

Les thèmes et approches privilégiés, sans exclusive, par le programme « Archives Breuil » sont :
- les archives de l’abbé Breuil (identification des fonds, histoire, statut, inventaire) réseaux de chercheurs, institutionnalisation des disciplines, structuration des champs de recherche
- science et religion pratiques de terrains (relevés, collecte des informations, carnets, voyages) la préhistoire dans la première moitié du XXe siècle : chapitre méconnu de l’histoire des sciences de l’Homme
- l’art rupestre : systèmes interprétatifs et comparaisons ethnographiques
- les structures du savoir : systèmes classificatoires, chronologies, typologies, modes explicatifs, catégories ethniques
- autobiographie (écriture de soi, testament scientifique) et biographie.