Partenaires

CNRS Ecole pratique des hautes études
Université Paris 1 Université d'Aix-Marseille



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > La recherche > Séminaires et ateliers > Séminaires terminés : archives des programmes > Populations, territoires et pouvoirs au Niger

Création de l’Institut des mondes africains (IMAF)

L’Institut des mondes africains (IMAF) a été créé au 1er janvier 2014, par la fusion de trois laboratoires : le Centre d’études des mondes africains (CEMAf), le Centre d’études africaines (CEAf) et le Centre d’histoire sociale de l’islam méditerranéen (CHSIM).
Le site internet de l’IMAF prend le relai de celui du CEMAf, qui n’est plus mis à jour.

Lire la suite


Populations, territoires et pouvoirs au Niger

Organisé par Camille Lefèbvre (Doctorante Paris I) et Elodie Apard (Doctorante Paris I)

Programme 2008-2009

La première séance en décembre 2008 aura lieu au centre Malher à Paris, les deux séances suivantes de janvier et février à Niamey au Niger.

Programme 2007-2008

- Lundi 12 novembre 2007, 17h-19h
Philippe David : Le Niger en transition
En collaboration avec le séminaire Transmission de l’Etat colonial.
Témoignage d’un ancien magistrat colonial ayant servi au Niger de 1960 à 1964.

- Jeudi 22 novembre, 16h-18h
Sophie Dulucq : Ecrire l’histoire de l’Afrique de l’Ouest en situation coloniale. Savoirs et réseaux savants en France

- Mercredi 19 décembre 2007, 16h-18h
Jean Hervé Jezequel et Xavier Crombé : Développement ou assistance : les frontières de l’aide et la crise de 2005 au Niger

- Vendredi 18 janvier 2008, 16h-18h
Vincent Bonnecase : Famines et faim ordinaire. Evaluations institutionnelles des niveaux d’alimentation au Niger (1931-1974)
Anne Hugon : Maternité (biologique et sociale) et alimentation : quelques approches historiques en Gold Coast à l’époque coloniale

- Vendredi 22 février 2008, 16h-18h
Alice Gallois : Entre témoignage et discours : l’œuvre ambivalente de Jean Rouch
Projection.

- Vendredi 14 mars 2008 16h-18h
Vanina Profizi : Niamey village corse, 1958-1960. Le critère régional dans les relations officieuses de l’administration franco-nigérienne pendant la transition vers l’indépendance.

- Vendredi 18 avril 2008 14h-19h
Table ronde : Les rébellions au Nord Niger et au Nord Mali - Salle de conférences (RDC) - CNRS - 27 rue Paul Bert - 94204 Ivry-sur-Seine - métro Porte de Choisy ou Porte d’Ivry

Présentation du séminaire

Centrer une réflexion sur un seul pays pose le problème de l’intérêt et de la pertinence d’un champ limité. Notre choix s’explique par l’importance et la diversité des problématiques liées à l’espace nigérien. De part sa configuration géographique et sa position géopolitique et stratégique, le Niger rassemble des enjeux majeurs, représentatifs d’un espace large, dépassant les catégorisations classiques : Afrique Noire, Afrique de l’Ouest, Afrique francophone, Afrique anglophone, Maghreb, Sahara, Afrique centrale. Il n’appartient pas forcément à toutes entités mais chacune le détermine. La position charnière du Niger, mais aussi les relations et les flux anciens et modernes (économique, culturel et linguistique...) qui le traverse en font un centre remettant en cause ces divisions plaquées. Son ouverture vers l’extérieur, l’orientation de ses populations au-delà des frontières, lie l’histoire du Niger à celle de toute une région historique constituée par ses voisins directs et indirects : Nigeria, Libye, Bénin, Togo, Ghana, Côtes d’ivoire, Algérie, Mali, Tchad, Burkina Faso. Ces liens passent par des voies officielles : organismes régionaux, regroupement économique, et des voies informelles, flux économique, humains, culturels et linguistiques.

Les questions qui peuvent être soulevées sont donc très ouvertes.
- relations entre l’Afrique sub-saharienne et le Maghreb...
- problématiques sahariennes et sahéliennes, relation entre nomade et sédentaire
- rapports entre pays francophones et anglophones
- tensions relatives aux richesses et à l’exploitation du sol, question du foncier
- question de l’Islam et de son évolution, dans un pays à la fois très musulman et laïque
- processus politiques (régimes militaires, démocratisation...)
- relation avec la France

A l’inverse de sa visibilité et de son exposition, le Niger représente un élément essentiel de compréhension des problématiques posées à une région élargie et même à l’ensemble du continent.

Séances 2006-2007

- 17 novembre 2006 16h-18h

Jérôme Bernussou : Réflexion sur l’historiographie nigérienne

- 15 décembre 2006 16h30-18h30

A la redécouverte d’un acteur saharien oublié : la confrérie musulmane Sanûsiyya :

Dominique Casajus : Duveyrier et la senoussiya:l’histoire d’un drame

Jean Louis Triaud : Une histoire revisitée. Le rôle et la place de la Sanûsiyya au Niger. Analyse du discours de Kawsan d’après sa correspondance (1916-1917).

- 26 janvier 2007 16h30-18h30

Serge Mboyi-bongo : Les mécanismes d’accommodation du pouvoir umarien à la situation coloniale dans la boucle du Niger : le cas d’Aguibu Tall, fama du Macina (1893-1902).

- 23 février 2007 10h-12h

Hassan Souley : Les scènes de l’islam contemporain au Niger Projection du documentaire :

- 30 mars 2007 13h30-15h30

Daouda Gary Tounkara : Migrations du Sahel vers la Côte d’Ivoire

- 27avril 2007 16h30-18h30

Monique Chastanet  : La crise alimentaire de 2005 au Niger

- 18 mai 2007 16h30-18h30

Mahamane Sidibé : La décentralisation au Niger

Une séance supplémentaire aura lieu en commun avec le séminaire de transmission de l’Etat colonial. Il s’agit du témoignage d’un ancien administrateur colonial ayant servi au Niger : Michel Levallois.

- lundi 26 mars 2007 17h-19h

Michel Levallois : 1958 : témoignage d’un jeune administrateur en stage de l’ENFOM (Dakar, Bamako, Niamey)

Groupe de réflexion et de travail sur le Niger

Doctorantes allocataires au laboratoire CEMAf site Paris, nous travaillons sur le Niger. Nous souhaitons créer un espace de discussion et de réflexion sur ce pays. Notre but est de réunir chercheurs et étudiants toutes disciplines et horizons confondus, qu’ils travaillent spécifiquement sur le Niger ou qu’ils s’intéressent à des problématiques liées. Notre démarche ne se limite pas au monde universitaire. Nous aimerions faire intervenir des acteurs de l’histoire du Niger : anciens administrateurs ; acteurs de la colonisation, de la décolonisation ou de la coopération ; hommes politiques, agents d’influence ; opérateurs économiques ; acteurs de la société civile ; personnalités... Le cadre de cette réflexion est dans un premier temps un séminaire mensuel ouvert à tous, organisé selon trois types de séances : Des séances témoignages, un ou deux intervenants viendraient raconter leur expérience au Niger. Des séances de débat, rassemblant plusieurs intervenants d’horizons divers sur un thème donné. Des séances de recherche ou une personne viendrait présenter ses travaux sur le Niger. Dans un second temps une collaboration avec l’université de Niamey, sous forme d’échanges et de rencontre en France et au Niger. Enfin l’organisation d’un colloque.

Contact : seminaire_niger@yahoo.fr

Dans la même rubrique :